Aloyse Albert Strebler
Année de nomination : 1978
Date de naissance : 08/01/1899
Date de décés : //
Profession : Officier de police

Melanie Strebler Frietblatt
Année de nomination : 1978
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Localisation Ville : Périgueux (24000)
Département : Dordogne
Région : Nouvelle-Aquitaine

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies



    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Aloyse Strebler, inspecteur de police et sa femme Mélanie habitaient à Périgueux. De nombreux Juifs avaient fui l’Alsace pour se réfugier dans le département de la Dordogne, dont dépendait Périgueux. Monsieur Strebler, fortement opposé à la politique antisémite du régime de Vichy, prévenaient régulièrement ses connaissances juives sur l’imminence d’arrestations. Cependant, le 26 août 1942, avant que Monsieur Strebler puisse les prévenir, la famille Lang, des réfugiés juifs d’Alsace, furent arrêtés par la police et envoyés vers différents camps d’internement. Le père la femme, et trois de leurs enfants, Simon qui avait 12 ans, et deux fillettes, âgées de huit et quatre ans, furent envoyés dans le camp de Saint Pardoux la Rivière. Armand, le frère aîné de Simon fut envoyé au camp de Nexon qui précédait le transfert à Drancy. Aloyse Strebler, l’un des membres du comité qui vérifiait la liste des familles détenues, vit le nom des Lang et décida d’intervenir. Avec courage et ténacité, il les fit libérer du camp avec pour motif que deux des garçons avaient la nationalité française. Monsieur Strebler fit libérer également quelques autres Juifs du camp de Saint Pardoux la Rivière. De là, il se rua vers Nexon et après de nombreux efforts, obtint la libération d’Armand. La famille Lang de nouveau réunie retrouva son domicile dans le village de Saint Mesmin. Monsieur Strebler resta en contact avec eux et les présenta à des amis habitant la région, qu’ils pourraient contacter en cas de besoin. Ernest Homburger et son ami Eric Bodenheimer, des réfugiés juifs de 80 ans, furent arrêtés en août 1942 et internés dans le camp de Saint Pardoux. Lors d’un visite à Saint Pardoux, Monsieur Strebler fit leur connaissance et les cacha dans le grenier d’un des bâtiments du camp. Plus tard, il les aida à s’échapper. Ainsi ils furent sauvés et purent rejoindre la Suisse. Mélanie, la femme d’Aloyse Strebler, fut d’une grand aide et courut de grands risques en organisant des opérations de liaison essentielles au succès des activités de son mari. Quelqu’un dénonça les Streblers. Aloyse réussit à se sauver en se réfugiant à Annecy, où le couple continua à protéger des Juifs.

    Le 30 novembre 1978, Yad Vashem – Institut  International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné le titre de Justes parmi les nations à Aloyse Strebler et à Mélanie Strebler.

    Exposition: Désobéir pour sauver




    Mis à jour il y a 6 mois.