Dossier n°12449 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Albert Ducloux

Année de nomination : 2012
Date de naissance : 25/11/1900
Date de décès : 25/06/1969
Profession : Facteur, cheminot SNCF

Clémence Charlotte Ducloux Gobert

Année de nomination : 2012
Date de naissance : 10/05/1909
Date de décès : 09/03/1999
Profession : Mère au foyer
    Localisation Ville : Beaumont-en-Argonne (08210)
    Département : Ardennes
    Région : Grand-Est

    L'histoire

    Le père Peretz BER était né à LODZ (Pologne) en 1899, il épouse en 1931 Zysla KWARTA née en 1910 qui était venue de Pologne pour échapper à la misère et qui avait été accueillie par son oncle à Metz.

    Après leur mariage ils tiennent un magasin de confection à Metz mais la crise économique les oblige à le vendre. Il s’installent  à Paris le père devient presseur et la mère reste à la maison. Ils habitaient  dans le Xième arrondissement de Paris, ils ont trois filles Cécile, Micheline, Ginette (née en 1943 à Sedan).

    A la déclaration de la guerre le père est soldat, le reste de la famille est à Paris. Les deux filles ne vont plus à l’école  et fréquentent pendant quelque temps « l’asile de jour et  de nuit Lamarck » environ deux mois.

    En 1943 toute la famille part à Beaumont en Argonne car le père sera employé comme ouvrier agricole et la mère comme cuisinière. En effet les juifs internés dans les Ardennes étaient employées par la WIRTSCHAFTOBERLEITUNG direction générale de l’agriculture qui était une administration Allemande chargée de l’exploitation des meilleures terres agricoles en zone interdite au profit de la société OSTLAND (W.O.L.)

    En janvier 1944 le père Peretz BER est arrêté sous les yeux de ses enfants et déporté le 20 janvier 1944 par le convoi 66 vers Auschwitz-Birkenau ou il a été gazé et brulé. Une heure après son arrestation le chef de culture Allemand est venu dans la maison et dit à la mère qu’on allait venir la chercher avec ses enfants et qu’elle n’avait besoin de rien emporter.

    Dans la maison voisine et mitoyenne, Monsieur DUCLOUX avait entendu et vu la scène de sa maison. Profitant de l’absence des Allemands il est passé derrière les jardins et dit à Madame BER de venir chez lui.

    Monsieur DUCLOUX et sa femme cachent la maman et les trois filles dans leur grenier dont l’accès est caché par un rideau pendant quelques heures. Les allemands viennent bien sur dans la maison ou Madame Ducloux et ses deux enfants les reçoivent dans la cuisine. Ils repartent après avoir proféré des menaces et en insistant sur le fait que la mère et les deus enfant seraient amenés si on retrouvait la famille juive dans la maison.

    Cette même nuit de janvier 1944  Monsieur DUCLOUX amène la mère et la petite sœur Ginette en moto dans la forêt et Madame DUCLOUX  les deux autres enfants sur son vélo. Elles ont été conduites un peu avant la gare de Létanne/Beaumont  elles sont montés dans un wagon et on les a caché sous les banquettes avec ordre de se relever quand le train aurait roulé une heure. Elles sont arrivées à Paris et se sont rendues à l’adresse que l’on avait donné dans la forêt à la mère, elles y sont restées quelques jours

    Sans l’intervention de Monsieur et Madame DUCLOUX la maman et les trois enfants auraient subi le même sort que le père.

     Le 13 septembre 2012, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné, à Monsieur Ducloux Albert et son épouse Clémence, le titre de Juste parmi les Nations.

    Article de presse - L'Yonne républicaine du 11/10/2013Article de presse – L’Yonne républicaine du 11/10/2013

    Articles annexes




    Mis à jour il y a 1 mois.