Dossier n°12516

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2013
Coralie Beluse
Année de nomination : 2013
Date de naissance : 17/09/1888
Date de décés : 28/09/1963
Profession : Directrice de l’orphelinat « Accueil Familial »

Localisation Ville : Orléans (45000)
Département : Loiret
Région : Centre-Val de Loire

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 24 Janvier 2016

L'histoire

Samuel était originaire de Czestochowa en Pologne. Il avait rencontré sa femme Cheina à Paris dans les années 1930 et ils s’étaient mariés. Ils avaient deux enfants, Marcel né en 1932 et Jacqueline née en 1935. Ils habitaient à Paris dans le 10ème arrondissement. Le 16 juillet 1942, la famille est arrêtée. Samuel, Cheina et leurs enfants Michel et Jacqueline sont conduits au Vélodrome d’Hiver. Le 18 juillet, un appel par haut-parleur est lancé pour annoncer une permanence médicale. Immédiatement la mère prend ses deux enfants et dit au médecin que Jacqueline et Marcel ont la scarlatine et qu’il faut les évacuer sur le champ. Les deux enfants sont envoyés à l’hôpital Rothschild. Ils n’ont pas eu le temps de dire au revoir à leur père.

Samuel et Cheina Weltman sont transférés au camp de Beaune la Rolande et déportés le 5 août 1942 par le convoi N° 15 pour Auschwitz où ils sont assassinés. Le 18 juillet 1942, Marcel et Jacqueline sont conduits en ambulance à l’hôpital Rothschild jusqu’à fin août 1942 puis sont transférés à l’Orphelinat Rothschild. Marcel est envoyé au centre de l’UGIF de la rue Lamarck à Paris et Jacqueline est envoyée au centre du l’UGIF de la rue Guy Patin. Les deux enfants sont scolarisés dans le même groupe scolaire et peuvent se voir chaque jour car une grille sépare la cour de l’école des garçons de celle des filles.

Le 9 mars 1943, Jacqueline est placée par l’UGIF à l’orphelinat « L’Accueil Familial » de la rue du Poirier à Orléans. Deux autres fillettes, Odette et Berthe Kibel suivent le même chemin jusqu’à Orléans. Jacqueline pense que Mademoiselle Coralie Beluze savait qui elle était, puisque la première chose qu’elle a faite, a été de mettre à la cave son manteau orné de « l’étoile ». Elle suppose que le personnel de service savait aussi. A son arrivée à Orléans, le jour de Mardi Gras, Mademoiselle Beluze lui a dit qu’elle ne devait jamais dire son nom, ne pas s’approcher du poste de radio au réfectoire, ni lire le journal.

Jacqueline Weltman quitte l’orphelinat début juillet 1945 sans avoir pu dire au revoir à qui que ce soit, à l’exception de Mademoiselle Beluze. Une convoyeuse, Madame Verdier l’emmène en train vers Chartres où était caché son frère Maurice dont elle n’avait pas eu de nouvelles depuis leur séparation en mars 1943. Longtemps après, Jacqueline a appris que l’organisation qui s’était occupée d’elle avec dévouement et courage était « l’Entraide Temporaire », Madame Denise Milhaud et son mari, le Docteur Fred Milhaud étant le responsable de cette structure. Après divers placements, les enfants Weltman sont adoptés par Monsieur Aron.

Le 5 février 2013, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Mademoiselle Coralie Beluse.

 

Jacqueline Weltman-Aron marquée d'une croix

Documents annexes

Article de presse Article de presse
28 juillet 2017 16:19:57
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
28 juillet 2017 16:19:26

Articles annexes