Dossier n°12793 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2014

Gabrielle Navaillès Davantes

Année de nomination : 2014
Date de naissance : 02/07/1888
Date de décès : 09/04/1978
Profession : Commerçante

    Localisation Ville : Soumoulou (64420)
    Département : Pyrénées-Atlantiques
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Gabrielle Navaillès est commerçante à Soumoulou.
    Elle va sauver Mélanie Apfelbaum, née Zins, sa fille Erica, âgée de 8 ans en 1942, etBernard Avram.

    La famille Avram habitait à Paris dans le 18e arrondissement.
    Moïse Burah Avram est né en 1902 à Falticeny en Roumanie. Il émigre en France, s’installe comme tailleur à Paris dans le 18ème arrondissement. Son épouse Alice née Schwartz, française, est née en 1903. Le couple a deux enfants, Bernard né en 1924 et Rosette.
    En 1942, Moïse Burah Avram, est arrêté parce que juif à Paris et déporté à Auschwitz. Son épouse Alice est arrêtée et internée l’année suivante et meurt à Lublin. 
    Leur fils, Bernard, 19 ans, quitte Paris et passe la ligne de démarcation pour rejoindre le sud de la France. Après un séjour à Lyon, il rejoint Marseille et parvient à échapper à une arrestation à son hôtel.
    Trois jour après son arrivée à Marseille, il rencontre Francine Anglès, à qui il explique sa situation. Francine demande à sa mère, Germaine Anglès, l’autorisation d’héberger le jeune juif chez eux. Ce qu’elle accepte sans hésiter.
    Le jeune homme sera présenté aux amis et aux voisins comme un cousin.
    Bernard Avram, muni de faux papiers au nom de « Bernard Avran », trouve un emploi de photographe pour Kodak. 

    Le beau-frère de Germaine Anglès encourage Pierre et Bernard à rejoindre la résistance. Mais Bernard est dénoncé et arrêté chez les Anglès.
    Germaine Anglès se rend au commissariat de police et leur jure que Bernard est catholique baptisé, mais ne parvient pas à remettre la main sur le « certificat ».
    Traduit devant le tribunal pour ses activités clandestines, il est remis en liberté conditionnelle en septembre 1943 et rejoint immédiatement la résistance dans la Drome.
    Il rejoindra ensuite les forces françaises pour se battre contre les Allemands.

    Le 26 février 2014, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Gabrielle Navaillès.

    Documents annexes

    Aucun document

    Articles annexes