Dossier n°12798 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Lucien Thulau

Année de nomination : 2014
Date de naissance : 28/02/1910
Date de décès : 02/04/2004
Profession : Agriculteur

Marie-Angèle Thulau Perena

Année de nomination : 2014
Date de naissance : //
Date de décès : 23/08/2015
Profession : Mère au foyer, mère de 7 enfants

    Localisation Ville : Caubiac (31480)
    Département : Haute-Garonne
    Région : Occitanie

    L'histoire

    Lucien Thulau et son épouse Marie-Angèle, née Perena, habitent à Carbonne avec leurs enfants, Monique, Yvonne et Liliane. Ils sont agriculteurs et prennent une métairie.
    Marie-Angèle est née en Espagne. Lucien et Marie-Angèle Thulau sont à Toulouse, en visite chez la soeur de Marie-Angèle. C’est là qu’ils retrouvent Nathan Bujor, un ami avec qui Lucien Thulau était à l’armée. Les Bujor habitent à Toulouse. Lucien Thulau rejoint très vite la résistance locale.
    Marie-Angèle, restée seule avec ses filles vient se réfugier à Caubiac, chez sa belle-mère. Nathan Bujor rejoint Lucien Thulau et participent aux maquis près de Caubiac. Reine est placée dans un couvent à Toulouse, grâce à la complicité de la mère supérieure. Issue d’une famille non religieuse, il s’agit de sa première rencontre avec les religieux. Elle se sent seule et n’adhère pas aux croyances autour d’elle. Nathan et Nina Bujor apprennent que les Allemands fouillent les écoles religieuses à la recherche d’enfants juifs cachés et s’inquiètent pour la sécurité de Reine. Marie-Angèle, restée seule avec ses filles vient se réfugier à Caubiac, chez sa belle-mère. Nina Bujor arrive à son tour à Caubiac et demande à Marie-Angèle Thulau si elle accepterait de cacher la petite Reine, âgée de 8 ans. Marie-Angèle Thulau accepte sans hésiter. La petite « Reine Thulau » devient la 4ème fille de la famille Thulau. Elle va à l’école du village et au catéchisme où elle se rend avec Monique, Yvonne et Liliane, avec la complicité du maire, de l’instituteur, de l’institutrice et le curé du village. Reine fera sa première communion avec le prêtre de Cadour. Elle y restera 18 mois. Alors qu’ils travaillent au champ, la Gestapo fouille la maison à la recherche d’armes en présence de Mme Thulau et de son fils Lucien Thulau. Par chance, ils ne trouveront rien. Durant la guerre, Nathan Bujor mourra d’une congestion pulmonaire. Juif, il ne pourra être soigné. Lucien Thulau, qui se trouvait à Toulouse ne pourra arriver à temps. Nathan Bujor sera enterré au cimetière de Carbonne. A la fin de la guerre, Nina Bujor retrouve sa fille Reine Bujor et elles émigrent toutes deux aux Etats-Unis sans jamais couper le lien avec la famille Thulau*. Reine reviendra à Caubiac en 1979, revoir ceux qui l’avaient sauvée lorsqu’elle était enfant. Reine meurt en 2010, et ne pourra assister à la remise de la médaille des Justes à sa sauveuse, ainsi qu’à son mari, à titre posthume. Mais toute la famille de Reine, venue des Etats-Unis, sera présente pour la cérémonie.

    Le 26 février 2014, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné, à Monsieur Lucien Thulau et à son épouse Madame Marie-Angèle Thulau, le titre de Juste parmi les Nations.

    Cérémonie Thulleau

    Documents annexes

    Article de presse - La Dépêche du 09/07/2014Article de presse – La Dépêche du 09/07/2014
    Invitation cérémonie ThulauInvitation cérémonie Thulau

    Articles annexes




    Mis à jour il y a 7 mois.