Dossier n°13096A - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2016

Amédée Tena

Année de nomination : 2016
Date de naissance : 13/08/1908
Date de décès : 24/12/2001
Profession : Directeur d’une usine de ressorts de montres

Renée Tena Valantin

Année de nomination : 2016
Date de naissance : 30/09/1910
Date de décès : 10/02/2005
Profession : Employée de bureau dans une usine

    Localisation Ville : Montségur-sur-Lauzon (26130)
    Département : Drôme
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    Amédée et Renée TENA
    La famille Szrajbe est originaire de Pologne. Mozek Szrajbe est né en 1904 à Radom, son épouse Ryvka est née en 1904 à Varsovie. Ils ont émigré en Belgique en 1920. Les Szrajbe ont deux enfants : Anna née en 1924 et Jules en 1928.

    En mai 1940, pendant l’invasion allemande en Belgique, la famille s’enfuit en France et s’installe à Saint-Sauveur-de-Montaigut en Ardèche où ils sont placés en résidence surveillée. Lors de l’été 1942, la situation des Juifs empire, des rafles ont lieu et les Juifs étrangers sont arrêtés et amenés au camp de Vénissieux. Ryvka est envoyée à Auschwitz et n’en reviendra pas.

    Le 29 août 1942, lors d’une opération secrète et audacieuse, l’OSE, avec l’aide du réseau Garel et du Père Glasberg des « amitiés catholiques » parvient à faire sortir du camp 89 enfants dont Anne et Jules Szrajbe.

    Anna a dix-huit ans quand elle s’échappe du camp de Vénissieux et elle est accueillie par la famille Tena. Elle est prise en charge par l’OSE et parvient dans cette famille sans papiers, ni tickets de rationnement. Quand elle y arrive, d’autres enfants juifs sont cachés chez cette famille. Quelques semaines plus tard, elle reçoit des faux papiers au nom d’Anne-Marie Devennes. Anna reste quelques mois chez les Tena puis, suivant la recommandation de l’OSE, elle prend un travail à Valence sous son faux nom.

    Le 15 avril 2016, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Amédée Tena et à son épouse Madame Renée Tena.

    Documents annexes

    Article de presse - La tribune de Montélimar édition b26 du 20 juin 2019 Article de presse – La tribune de Montélimar édition b26 du 20 juin 2019
    1 juillet 2019 22:49:46

    Articles annexes