Dossier n°4556 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Marcel Galliot

Année de nomination : 1990
Date de naissance : 26/08/1899
Date de décès : //
Profession : Officier de police

    Localisation Ville : Nancy (54000)
    Département : Meurthe-et-Moselle
    Région : Grand-Est

    L'histoire

    Marcel Galliot

    Lorsque la guerre éclata, Marcel Galliot était officier de police à Nancy, en Meurthe-et-Moselle. Âgé d’une quarantaine d’années, il comptait près de vingt ans d’ancienneté, et sorti du rang, avait accumulé les citations pour le caractère exemplaire de son travail. Mobilisé, il fut capturé par les Allemands à la bataille de Donon. Libéré en 1941, il reprit ses fonctions dans une France désormais en grande partie occupée et gouvernée par le régime de Vichy. Parallèlement à ses fonctions de police, il menait des actions clandestines et sauva la vie de familles juives qu’il connaissait. Il avait l’habitude d’inviter les frères Lévy à venir écouter la BBC chez lui. En septembre 1942, lorsque la situation des Juifs devint trop dangereuse à Nancy, il décida d’aider ses amis à passer en zone sud. Fernand Lévy avait contacté un individu qui lui avait promis de faux papiers pour lui-même, sa femme et ses deux enfants, moyennant une somme importante. Sitôt qu’il l’eut reçut, l’homme disparut. Désespéré, Fernand fit appel à son ami Marcel. Celui-ci retrouva l’individu en question et l’obligea, sous la menace de son arme, à lui remettre les papiers. L’officier de police s’était, de son côté, procuré de faux papiers pour Jacques Lévy, le frère de Fernand, son épouse et ses cinq enfants. Pendant le couvre-feu imposé aux Juifs, Marcel Galliot accompagna les deux familles à la gare, acheta leurs billets et les aida à s’installer dans leur wagon. Les Lévy, suivant à la lettre ses instructions et ses conseils, arrivèrent sains et saufs. Marcel Galliot utilisa la même méthode pour sauver M. et Mme Worms et leur fille. En avril 1943, le courageux policier fut arrêté par la Gestapo. Interné au camp de Compiègne, il fut déporté cinq mois plus tard à Buchenwald. Il réussit à tenir jusqu’à la libération du camp en avril 1945. Il passa quelque temps avec les forces américaines en Allemagne avant de rentrer en France.

    Le 21 octobre 1992, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Marcel Galliot le titre de Juste parmi les Nations.

    Exposition: Désobéir pour sauver

    Documents annexes

    Dossier4556 - Galliot; Articles de presseDossier4556 – Galliot; Articles de presse



    Mis à jour il y a 10 mois.