Dossier n°5825A - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Camille Eugène Thibault

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 23/12/1901
Date de décés : //
Profession : Commandant de la gendarmerie, chef de brigade de Pleumartin (Vienne)

Localisation Ville : Chauvigny (86300)
DĂ©partement : Vienne
RĂ©gion : Nouvelle-Aquitaine

L'histoire

Camille Thibault au deuxième rang à droite

Lorsque la guerre Ă©clata en septembre 1939, toute la population de Bouzonville, (Moselle) Ă  la frontière allemande, fut Ă©vacuĂ©e. La communautĂ© juive de la ville – trente familles – fut transfĂ©rĂ©e Ă  Chauvigny (Vienne). Les 75 rĂ©fugiĂ©s allèrent s’inscrire Ă  la mairie, puis la mention « Juif » fut dĂ»ment portĂ©e sur leurs cartes d’identitĂ© en dĂ©cembre 1942. La population locale les avait accueillis chaleureusement, ils avaient trouvĂ©s du travail et obtenu un local pour servir de synagogue. Ils purent ainsi vivre Ă  Chauvigny sans ĂŞtre inquiĂ©tĂ©s jusqu’Ă  l’arrivĂ©e des troupes allemandes en mai 1944. Les autoritĂ©s municipales et la gendarmerie reçurent l’ordre de rassembler tous les Juifs en vue de leur dĂ©portation. Le maire, Jacques Toulat (q.v.), assistĂ© du gendarme Alain Bonneau et de Camille Thibault, commandant de la gendarmerie, conjuguèrent leurs efforts pour sauver les Juifs de Chauvigny. La veille du rassemblement prĂ©vu, le maire envoya Alain Bonneau et Camille Thibault, en civil, donner l’alerte de maison en maison et prĂ©venir les Juifs d’avoir Ă  quitter la ville sans tarder. La nuit mĂŞme, ils quittèrent tous Chauvigny, Ă©chappant Ă  l’arrestation et Ă  la dĂ©portation. Le lendemain, leurs noms furent supprimĂ©s de tous les registres. Lorsque les miliciens dĂ©clenchèrent leur opĂ©ration, ils ne trouvèrent personne. Alain Bonneau et Camille Thibault avaient risquĂ© leur poste et de graves sanctions en prĂ©venant les Juifs. Ils n’Ă©taient certes pas tenus d’obĂ©ir au maire, mais s’acquittèrent de cette mission car tous deux faisaient partie de la RĂ©sistance… Après la guerre, la plupart des familles qui avaient trouvĂ© refuge Ă  Chauvigny – notamment les familles Salomon, Bloch, Hanau, LĂ©vy, Lion, Max, Michel, Sieskind, IsraĂ«l et Herman, soit soixante-dix personnes environ – rentrèrent Ă  Bouzonville.

Le 22 aoĂ»t 1993, Yad Vashem – Institut International pour la MĂ©moire de la Shoah, a dĂ©cernĂ© Ă  Camille Thibault et Alain Bonneau le titre de Juste parmi les Nations.

Exposition: Désobéir pour sauver

Documents annexes

Invitation cérémonie Thibault Invitation cérémonie Thibault

 




Mis Ă  jour il y a 7 mois.