Dossier n°7185 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1996

Marguerite Lajugie Farges

Année de nomination : 1996
Date de naissance : 12/09/1918
Date de décés : //
Profession : Institutrice en école maternelle

Localisation Ville : Bordeaux (33000)
Département : Gironde
Région : Nouvelle-Aquitaine

L'histoire

En 1943, Marguerite LAJUGIE
En 1942, Marguerite Farges, qui avait alors vingt-quatre ans, était institutrice à Bordeaux (Gironde) dans l’école maternelle que fréquentait le petit Boris Cyrulnik. A la demande du père de l’enfant, elle promit d’en prendre soin au cas où les Cyrulnik seraient arrêtés. Et hélas ils le furent. Boris fut d’abord confié au service social de la mairie. Le frère de Marguerite, Camille, y travaillait. Marguerite vint chercher l’enfant et l’emmena chez ses parents, où elle vivait également. Il y demeura jusqu’en janvier 1944, où il fut arrêté lors d’une grande rafle des Juifs de la ville, qui furent rassemblés dans la synagogue d’où ils devaient être déportés. Le petit Boris s’échappa en courant du lieu de prière et arriva dans une pièce vide. Une infirmière, chargée d’assurer le transport en ambulance des prisonniers malades jusqu’à la gare, reconnut le gamin. Elle le cacha sous la banquette du véhicule et prévint Camille Farge, qui était de garde ce jour-là. Camille réussit à récupérer Boris et le confia à des amis. Plus tard Marguerite lui trouva un refuge en zone sud. Le garçonnet y vécut jusqu’à la Libération. Devenu médecin, Boris resta toujours en contact avec celle qui l’avait sauvé.

Le 10 juin 1996, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marguerite Lajugie-Farges le titre de Juste parmi les Nations.

En 1997, Marguerite Lajugie et Boris Cyrulnik

Documents annexes

Article de presse du 15/07/1197 Article de presse du 15/07/1197
27 juin 2016 09:05:49
Dossier 7185 - Lajugies; Articles de presse Dossier 7185 – Lajugies; Articles de presse
3 décembre 2011 17:27:35

Articles annexes