Dossier n°7737

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1997
Raymond Pichon
Année de nomination : 1997
Date de naissance : 18/02/1911
Date de décés : 28/05/1983
Profession : Commissaire de police

Localisation Ville : Aix-les-Bains (73100)
Département : Savoie
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies

    Date de Cérémonie de reconnaissance: 06 Septembre 1998


    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Raymond Pichon
    En juillet 1941, Raymond Pichon fut nommé commissaire de police à Nérac (Lot-et-Garonne). Il prit rapidement contact avec les résistants locaux et c’est ainsi qu’il fit la connaissance de Roger Cerf, réfugié juif de Thionville (Moselle). De nombreux membres de sa famille avaient trouvé à se loger à Nérac et dans ses environs. Au cours du printemps 1942, Roger prit part à la création d’un centre pour des réfugiés juifs libérés à titre provisoire des camps d’internement. Ce projet était dû à l’abbé Alexandre Glasberg sous l’égide de l' »Amitié Chrétienne ». Le centre s’ouvrit à Cazaubon (Gers) avec la coopération de l’UGIF de Toulouse. En août 1942, les autorités commencèrent à expédier les Juifs des camps d’internement à Drancy, d’où ils étaient déportés. Il devint urgent de munir tous les pensionnaires de Cazaubon de fausses cartes d’identité. Roger Cerf fit appel à Raymond Pichon, qui lui fournit les papiers nécessaires. En novembre 1942, les Allemands occupèrent le sud de la France et Roger prit la décision de cacher les membres de sa famille. Là encore le commissaire vint à son secours, lui fournissant des papiers pour les quatorze membres des familles Cerf, Lévy et Nathan, tous réfugiés de Moselle. Soupçonné de saboter la politique du régime, Raymond Pichon fut muté de Nérac à Aix-les-Bains (Savoie), mais continua là aussi à soutenir la Résistance.

    Le 10 novembre 1997, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Raymond Pichon le titre de Juste parmi les Nations. 

    Exposition: Désobéir pour sauver

    Raymond Pichon

    Cérémonie au Monument aux Morts

    Cérémonie l'ayant droit Madame Cattet reçoit la médaille pour son père

    6 Septembre 1998 à Annecy le Vieux cérémonie

    Documents annexes

    Article de presse - 8 septembre 1998 le Dauphiné Libéré du 08/09/1998 Article de presse – 8 septembre 1998 le Dauphiné Libéré du 08/09/1998
    19 janvier 2019 12:34:40
    Article de presse - Le dauphiné Libéré Article de presse – Le dauphiné Libéré
    7 avril 2014 09:14:17
    Invitation cérémonie Pichon Invitation cérémonie Pichon
    7 avril 2014 09:11:41
    Article de presse - Actualité juive Article de presse – Actualité juive
    7 avril 2014 09:10:34

    Articles annexes