Deux familles mayennaises ont reçu la médaille des Justes

Du 22/11/2015

 

 

 

 

À La Dorée, Norbert Bensaadon, du comité Français Yad Vashem, Ido Bromberg, représentant l’ambassade d’Israël, les petits-enfants des époux Paillard, et Alexandre Hardès, cousin de Sylvain Algazi. | Ouest-France

Les époux Boulanger et Paillard ont reçu la médaille des Justes à titre posthume, dimanche. Pendant la guerre 39-45, ils ont sauvé des enfants juifs en les cachant chez eux.

Landivy

En août 1942, deux frères, Michel et Claude Schach, arrivent en car à Landivy. Les enfants de 9 et 4 ans, cherchent un refuge. Clémentine Boulanger et son mari Joseph acceptent immédiatement de les recueillir.

Ce dimanche 22 novembre, Claude et Michel étaient présents à la mairie de Landivy pour la remise de la médaille des Justes parmi les Nations, à ce couple représenté par son fils, Edmond.

La Dorée

Quelques heures plus tôt, une autre cérémonie a eu lieu à la salle communale de La Dorée, où la médaille des Justes parmi les Nations a été remise à titre posthume également, à Eugène et Valentine Paillard. Les époux ont sauvé Sylvain Algazi. Les petits-enfants d’Eugène et Valentine Paillard, Gisèle Legodais, Martine Durand et Gilbert Paillard étaient présents pour recevoir la distinction.

Minute de silence

La cérémonie a commencé par une minute de silence pour les attentats de Paris. Ido Bromberg, représentant l'ambassadeur israélien en France, a adressé ses condoléances aux familles des victimes et a souhaité "un bon rétablissement" aux blessés.

Audrey Vairé