Fresnay - Mathilde et André Lebas, Justes parmi les nations

  Du 11/12/2017

 

 

 

Cyriac Gousset cite les recommandations de son arrière-grand-père à ses enfants pendant l'occupation : « Ne dites surtout à personne qu'il y a des juifs chez nous. Ils nous emmèneraient aussi. » | Ouest-France Samedi, une plaque en l’honneur des époux Lebas a été dévoilée au parc du Château, à Fresnay-sur-Sarthe, sur la musique « La liste de Schindler », jouée par l’harmonie des Alpes mancelles.

Une famille Juste parmi les Nations

Le 20 juin 2005, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem décerne aux époux Lebas le titre de Justes et une médaille à titre posthume, sur laquelle est gravée cette phrase : « Qui sauve une vie sauve l’univers. » En 2015, Cyriac Gousset, l’arrière-petit-fils d’André Lebas, contacte la mairie de Fresnay.

Une belle cérémonie

Samedi, en présence de Marie-Pervenche Plaza, sous-préfète, des élus, et de Marie-France Bensaadon, déléguée Yad Vashem, une plaque en l’honneur des époux Lebas a été dévoilée au parc du Château, tandis que l’Harmonie des Alpes Mancelles jouait la musique du film La liste de Schindler.

Fabienne Labrette-Ménager, maire, a déclaré : « Je suis fière pour ma ville, qui intègre le réseau des villes Justes. »Autres interventions touchantes, celle de Cyriac qui cite la philosophe Hannah Arendt : « S’il est une banalité du mal, il existe aussi une banalité du bien », et celle des enfants de l’école lisant la dernière lettre de Marie, 10 ans, avant d’être déportée.