Hommage aux Justes Alice, Henriette et Louis

Publié le 06/10/2011

 

 

La municipalité de Ganges, sous l’impulsion du maire, Michel Fratissier, a fait du jeudi 22 septembre une journée d’hommage à des « Justes » de Ganges et honoré Alice Ferrières et Henriette et Louis Monna.

Une plaque a été posée au 11 avenue de la Gare, sur la maison d’Henriette et Louis Monna, ainsi qu'au cimetière protestant, sur les tombes de Louis Mona et Alice Ferrières.

Un hommage tout particulier a été rendu à Alice Ferrières, puisque dorénavant le parking, sous le rond point de l’Europe à l’entrée de Ganges, porte le nom de : « place Alice-Ferrières 1909-1988, juste parmi les nations »

De plus, avec trois professeurs, une classe de 3e du collège Louise-Michel travaille sur le dossier des Justes, notament sur Alice Ferrières qui, professeur à Murat pendant la guerre, a caché et sauvé de nombreux enfants juifs. 

La présence et le témoignage de Jacqueline Darmon ont été un moment d’intense émotion. Enfant cachée au collège Murat, elle était venue spécialement de Paris pour rencontrer les collégiens et accompagner toutes les cérémonies de la journée.

Un autre point fort de la journée : la tenue devant une assistance nombreuse, attentive et souvent émue, de la conférence Qui sont les justes, lors de laquelle sont intervenus, dans la cour de la médiathèque, Michaël Iancu, délégué régional du comité français pour l’institut Yad Vashem et Hubert Strouk, Karen Taïeb, et Philippe Boukara qui à travers leur travail au sein du Mémorial de la Shoah luttent contre l’oubli.

Le maire, en remerciant les collégiens et tous les participants, a souligné l’intérêt de telles journées et conclu en rappellant un principe fondamental : «On ne peut exercer son devoir de mémoire, si on n’est pas curieux d’histoire ».

 Maryvonne MALAVIALLE