Lois Gunden élevée au rang de "Juste"

Du 03/05/2013

 

 

 

Lois gunden en juin 1942 Une distinction des plus importantes vient d'être décernée à titre posthume à Lois Gunden, cette courageuse Américaine qui fut directrice de la maison de convalescence pour les enfants des camps d'internements, située sur le front de mer de Canet-en-Roussillon .

Au péril de sa vie

Grâce aux recherches des auteurs du livre "La Villa Saint-Christophe", le titre de "Juste parmi les Nations", distinction la plus haute décernée par l'état d'Israël à titre civil aux non-juifs honore et salue l'engagement exceptionnel de cette femme. Au péril de sa vie, elle a aidé, pendant la Seconde Guerre mondiale, des petits juifs à un moment où ils en avaient le plus besoin. L'hommage rendu aux "Justes parmi les Nations" revêt une importance toute particulière. D'une part, les Justes prouvent que, même dans les situations d'intense pression physique et psychologique, la Résistance à l'oppression nazie a été possible et que l'on peut s'opposer au mal dans un cadre collectif ou à titre individuel. Et d'autre part, la reconnaissance envers ceux dont la conduite a été exemplaire, est un devoir. L'ouvrage "La Villa Saint-Christophe, maison de convalescence pour les enfants des camps d'internement à Canet-Plage" est en vente en librairie.