Dossier n°7169 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Charles Thouron

Année de nomination : 1996
Date de naissance : 15/01/1906
Date de décès : 19/03/1957
Profession : Inspecteur de police, affecté au bureau des étrangers, chargé de controler les immigrants sou la direction de Edouard Vigneron

    Localisation Ville : Nancy (54000)
    Département : Meurthe-et-Moselle
    Région : Grand-Est

    L'histoire

    Charles Thouron, inspecteur de police à Nancy, était affecté au Bureau des Etrangers, chargé de contrôler les immigrants. Ce bureau était dirigé par Edouard Vigneron (q.v.) qui sauva la vie de nombreux Juifs. Le 19 juillet 1942 une grande rafle fut déclenchée à Nancy. Prévenus à temps, M. et Mme Krischer purent s’enfuir. Or leur fils, Henri, parti en camp de vacances dans les Vosges avec deux autres jeunes Juifs, Gaston Ways et Marco Abriata, devait rentrer avec eux le jour suivant; tous trois figuraient sur la liste des Juifs à arrêter. Les Krischer firent appel à Charles Thouron, qu’ils connaissaient bien. L’inspecteur accepta de les aider. Il alla attendre les adolescents à la gare et les conduisit directement à la cachette des Krischer. Deux jours plus tard il vint les chercher pour les conduire à la gare, remit à chacun d’entre eux une fausse carte d’identité et leur acheta des billets pour Dijon, qui se trouvait à proximité de la ligne de démarcation. Il pensait en effet que de là il leur serait plus facile de passer en zone sud. L’inspecteur avait risqué son poste et sa liberté – et peut-être sa vie – pour sauver les trois jeunes. Dans son témoignage après la guerre, Henri Krischer déclara : « Charles Thouron m’a permis de rester en vie. Sa descendance pourra s’enorgueillir de sa qualité d’homme et de patriote. »

    Le 2 juin 1996, Yad Vashem – Institut International pour la mémoire de la Shoah,  a décerné à Charles Thouron le titre de Juste parmi les Nations. 

    Exposition: Désobéir pour sauver

    Documents annexes

    Article de presse - Le républicain lorrain du 27/02/1998Article de presse – Le républicain lorrain du 27/02/1998
    Article de presse - L'Est Républicain du 27/02/1998Article de presse – L’Est Républicain du 27/02/1998
    Article de presse - L'Est Républicain du 27/02/1987Article de presse – L’Est Républicain du 27/02/1987
    Invitation cérémonie Thouron

    Articles annexes